Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas eu de nouveau matériel des Queens of the Stone Age, et leur entrée en studio l’année dernière a fait plaisir à bien du monde. Prévu pour le 3 juin 2013, …Like Clockwork est le sixième album studio du groupe, et le premier avec la participation complète du bassiste Michael Shuman et du claviériste/guitariste Dean Fertita, qui ont rejoint le groupe en 2007. Voici, pièce par pièce, un survol de ce mystérieux nouvel album des Queens of the Stone Age.

La pièce d’ouverture, Keep Your Eyes Peeled, nous immerge immédiatement dans une ambiance stoner lourde et inquiétante; les Queens of the Stone Age n’ont rien perdu de leur côté un peu psychotique! S’en suit I Sat By The Ocean, qui révèle l’autre visage musical du groupe : un pop-rock accrocheur, un peu garage, ponctué de lignes de basses plutôt constantes et d’un effet sur la voix qui peut faire penser aux Black Keys. Visiblement, le leader du groupe, Josh Homme, en a beaucoup appris sur la production musicale durant les 6 années qui se sont écoulées depuis la sortie du dernier des QOTSA, Era Vulgaris (2007); après avoir notamment produit l’album Humbug des Arctic Monkeys, et avoir collaboré avec un nombre impressionnant d’artistes de tous genres, Homme a fait appel à son vieil ami Dave Grohl (Nirvana, Foo Fighters) pour jouer la batterie lors de l’enregistrement de …Like Clockwork. Plusieurs autres musiciens ont aussi participé à l’album, dont des anciens membres du groupe (Nick Oliveri, Alain Johannes et Mark Lanegan), ainsi que Trent Reznor (Nine Inch Nails), Jake Shears (Scissor Sisters), Alex Turner (Arctic Monkeys), Brody Dalle (The Distillers), et Elton John.

La troisième pièce de l’album, The Vampyre Of Time And Memory, est lente et planante, avec son ouverture de piano et les solos de guitare rappelant Slash de Guns ‘N Roses. La suivante, If I Had A Tail, nous ramène au son pop-rock du groupe, me rappelant, jusqu’à un certain point, leur hit Make It Wit Chu, avec un côté plus obscur et pesant qui s’affirme dès le premier refrain. My God Is The Sun, le cinquième morceau, en est un de hard-rock avec quelques tendances nu-metal combinée à des jeux vocaux de Homme qui rappellent un peu la voix d’Anthony Kiedis des Red Hot Chili Peppers. Notez que My God Is The Sun fait partie des 5 chansons de l’album à avoir, à ce jour, un vidéoclip en animation des plus dark et inquiétant. La qualité visuelle de ces vidéos est d’ailleurs époustouflante, et leur visionnement teintera sans aucun doute votre vision de l’album.

La sixième chanson, Kalopsia, nous fait voyager entre deux ambiances, l’une très douce et l’autre plutôt survoltée. S’en suit Fairweather Friends, une excellente pièce teintée de languissants solos de guitares et d’un accompagnement au piano mélodique; celle-ci se termine d’ailleurs sur une note cocasse, laquelle je vous laisse le plaisir de découvrir. Smooth Sailing est un autre morceau simplement génial; une rythmique entraînante et une sonorité un peu sale propre au groupe bercent nos oreilles d’un léger stoner rock agréable et accrocheur. Le bridge psychédélique qu’on y retrouve, bien que court, ne manque pas de briller par son énergie.

L’avant-dernière piste de l’album, I Appear Missing, longue de plus de 6 minutes, est tout aussi excellente. Plus lourde, plus sombre, plus mystérieuse : un des moments marquants pour bien saisir cette ambiance obscure que savent très bien se donner les gars de QOTSA. La maturité musicale du groupe s’y fait sentir, le professionnalisme aussi : c’est décidément du grand QOTSA, une des meilleures chansons de l’album. Celui-ci se termine sur la pièce titre, Like Clockwork, qui s’ouvre sur une très douce introduction de 2 minutes, succédée de l’addition d’un solo guitare électrique quelque peu sensuel mais tout aussi crasse. Un crescendo d’énergie, une transition puissante, et on retombe dans un smooth-rock floydien qui clôt l’album sur une longue note marquée d’instruments symphoniques.

Que penser de ce voyage musical? Très agréable, vraiment intéressant à découvrir, on est heureux qu’enfin le groupe nous revienne avec du nouveau matériel après 6 ans. …Like Clockwork est un chef-d’oeuvre en son genre, un album à la fois lourd et léger, un rock des plus agréables et des plus obscurs. Quelques écoutes s’imposent néanmoins pour apprécier à sa juste valeur ce disque, qui, j’en suis sûr, plaira aux fans du groupe tout comme aux inavertis.

Ma note : 8,4/10

Partager sur
Étiquettes