Vous connaissez Gallows? Ce groupe punk/hardcore britannique dont l’ancien chanteur, Frank Carter (remplacé par Wade MacNeil, ex-Alexisonfire), était un petit roux tatoué de la tête au pied qui sautait sans gêne dans les foules durant les concerts? Et bien, si vous croyiez que Carter avait pris sa retraite, détrompez-vous : il est de retour, mais avec une musique bien différente de ce à quoi il nous avait habitué.

Son nouveau groupe : Pure Love, avec à ses côtés Jim Carroll (ex-Hope Conspiracy). Formé en 2011, leur premier album, Anthems, a été lancé le 4 février dernier. Comme je vous l’ai dit, Frank Carter s’est éloigné de ses racines hardcore pour se consacrer à un punk/rock plus épuré, plus accessible et surtout, beaucoup plus doux. Fini le temps des voix gueulardes et des textes sombres, qui furent remplacés par une voix claire et des paroles beaucoup plus positives. On se souviendra que Frank a quitté Gallows pour des raisons de divergences de vision, voulant explorer d’autres horizons musicaux. Une écoute de la pièce Bury My Bones nous en dit d’ailleurs long sur les états d’âme du chanteur : «I am so sick of singing about hate/It’s never gonna make a change/It breaks me down bit by bit/Keep me steadily feeling sick». Pas besoin de creuser loin pour comprendre qu’il avait besoin de mettre un peu de lumière dans ses idées.

Musicalement parlant, l’album se classe aux côtés des Hot Water Music, Alkaline Trio et Lawrence Arms de ce monde; on y retrouve la même fougue si caractéristique aux groupes de la côte Est. Pure Love a d’ailleurs une accessibilité semblable à celle des Gaslight Anthem, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un punk/rock plutôt léger et facile d’écoute, accentué par un certain sens de l’esthétique musicale. L’album sera donc bien accueilli par les fans de ce genre, qui ont tout à gagner à découvrir Anthems de Pure Love, un très bon album, mais qui néanmoins ne révolutionne en rien la musique punk/rock.

Ma note : 7/10

Partager sur