Mieux vaut tard que jamais! Notre Mononc’ Serge national lâche le gros rock sale avec son tout nouvel album, ironiquement intitulé « Pourquoi Mononc’ Serge joues-tu du Rock ‘n’ roll? ». Le 22 mai dernier, l’équipe de musixplore était à Québec, au bar Le Scanner, pour assister au lancement de ce petit bijou de la chanson québécoise. Commentaires et critique.

Le spectacle

L’ambiance du Scanner était à son plus chaud en ce doux soir de printemps, le bar était rempli à pleine capacité et la terrasse littéralement noire de monde. La bière coulait à flot, les rires éclataient à flots de bière, les sourires planaient au-dessus des yeux rouges de gars aux cheveux plus longs que ceux de leur blonde. Les chandails noirs de métalleux, fans convertis depuis les années Mononc’ Serge & Anonymus, étaient clairsemés de tous les genres de gens imaginables, ou presque. Parce qu’on le sait, le poète chante pour les morons, qu’on retrouve dans toutes les couches de notre belle société.

C’est ainsi devant une foule compacte et enjouée qu’un Mononc’ Serge jouant de la contre-basse nous a livré un extrait de« Pourquoi Mononc’ Serge joues-tu du Rock ‘n’ roll? ». Accompagné de son éternel acolyte/guitariste Peter Paul et de Raphaël D’Amours à la guitare et au banjo, Mononc’ a ravivé la flamme des vieux fans en nous livrant une musique folk acoustique très rythmée, comme on l’aime. Nous ayant habitué depuis plusieurs années à de la musique rock et métal décapante, où les textes toujours aussi bien ficelés sont lourdement soutenus par la guitare électrique, on retourne ici aux origines; en effet, le style musical ici utilisé permet de soutenir une meilleure ambiance lyrique, nous rapprochant plus que jamais des paroles de Serge.

Il faut néanmoins faire attention: on ne peut absolument pas parler « d’un » style musical pour décrire le nouvel album de Mononc’ Serge. En effet, le terme folk m’apparaît dangereusement généralisé; on y sent en effet d’autres influences très variées, notamment country et manouche. C’est donc un public heureux, et en demandant toujours plus, qui fait face à notre trio, qui, après une brève pause, reviendra nous jouer une deuxième fois les chansons sélectionnées pour l’occasion. Nommons « La maladie du préjugé », « La fin du monde », « Team qui gagne », « Les cochons »… Une vingtaine de minutes de pur délice.

« Pourquoi Mononc’ Serge joues-tu du Rock ‘n’ roll? »

 

Partager sur
Étiquettes