Comme tout le monde en parle, comme on l’entend partout, comme elle sera même sur les Plaines d’Abraham le soir de la Saint-Jean, et surtout, comme elle joue d’un des instruments que je préfère, voici… Lisa LeBlanc! Paru en grande pompe, son premier album, réalisé par Louis-Jean Cormier (Karkwa), a rapidement charmé le public (et on comprend pourquoi). D’ailleurs, avant d’aller plus loin, je me permettrai d’épurer mon papier des éternelles répétitions (oui, oui, éternelles, Lisa LeBlanc a déjà le pied très bien posé sur la scène musicale d’ici!), qu’on a trop lues ou entendues dans les médias traditionnels, en les répétant moi-même tout de suite : elle définit son style comme du « folk-thrash », elle sacre et sa musique sonne un peu comme Bernard Adamus. Voilà, c’est dit, tout le monde l’a dit; maintenant, place à la vraie critique!

D’abord, notons qu’on retrouve une palette assez intéressante de genres musicaux sur Lisa LeBlanc (l’album est éponyme!). Si ça sent le country à plein nez à plusieurs occasions, l’Acadienne se ballade entre les ballades (arrêtez-moi quelqu’un…) et les chansons plus rock, le tout avec une touche folk et, si on extrapole, des origines bien ancrées dans la musique roots nord-américaine. Reste que c’est assez pop et surtout, très accrocheur; dès la première écoute, j’ai non seulement apprécié, mais aussi mémorisé l’image sonore de l’album, conceptualisant mentalement chacune de ses pièces, les classant dans ma banque de données musicales cérébrale, le tout avec grand plaisir.

Lisa LeBlanc a, en effet, tout pour musicalement me plaire : ses mélodies sont agréables, ses paroles sont franches, imagées et, de qui plus est, chantées dans une parlure acadienne qui me rappelle mon enfance et les voyages en famille dans les Maritimes. Aussi, je m’en confesse, j’ai un préjugé plus que positif sur l’utilisation du banjo, étant moi-même banjoïste amateur depuis un an environ; dès que la pièce d’ouverture, Cerveau Ramolli, a commencé à jouer pour la première fois sur mes caisses de son, avec son petit riff dynamique, un peu comique et charmant, j’ai accroché. C’était une évidence, c’en était presque calculé, mais la vie est ainsi faite : moi qui ne crois ni au Destin, ni aux Dieux, ni aux Grands Manitous, j’affirme que cette musique était « astralement » préconçue pour que je l’aime. Point final.

Outre pour la pièce Cerveau Ramolli, je dois vous avouer avoir eu un faible notamment pour les chansons Motel, qui va sans contredit jouer dans la cour rythmique de Fred Fortin, Y Fait Chaud, qui, nous rappelant la chanson du même nom d’Adamus, nous fait bien rire avec l’été qui commence, et J’t’écris une Chanson d’Amour qui est, de mon point de vue, d’une « originalo-quétainerie » plus qu’admirable; les auteurs et les poètes souriront en entendant l’Acadienne chanter « j’t’écris une chanson d’amour / comme toutes les autres qui écrivent des chansons » ! Elle réussit en toute simplicité à créer un paradoxe sentimental plutôt mignon, en se moquant du romantisme pour exprimer ses propres pulsions amoureuses (chose qu’elle fait aussi sur la chanson Kraft Dinner).

Lisa LeBlanc, en résumé? Rafraîchissante, divertissante, intéressante. Je trouve par contre dommage que ce soit Kraft Dinner, coquette ballade pseudo-romantique, qui tourne présentement sur les radios en boucle; outre le fait qu’elle ne représente aucunement le style musical global de l’album (certains acheteurs seront peut-être déconcertés par la vitalité des autres pièces!), elle ne fait pas partie de chansons particulièrement accrocheuses, étant d’ailleurs une des plus ternes de l’album. Mauvais marketing? Pas nécessairement, puisque son disque est bien en évidence sur le haut de racks « meilleurs vendeurs » chez les disquaires grande surface; comment se plaindre lorsque son premier album gagne autant en popularité? On a bel et bien affaire à un travail de maître, mais par une apprentie! La jeune Acadienne restera-t-elle dans nos oreilles et dans nos cœurs longtemps? Je vous gage que oui! Je suis même prêt à mettre un vingt là-dessus!

 

Ma note: 8/10

Partager sur
Étiquettes