La fin de 2010 approche à grand pas, et comme toujours on peut se permettre de faire une rétrospection sur soi-même et sur l’ensemble des évènements survenus au cours de l’année. Le plan musical de la question n’est pas à délaisser, et c’est pourquoi je vous offre ici mon Top10 des albums parus en cette première année de la décennie ’10.


#10 Spoon – Transference

Que dire de la musique de Spoon, ce groupe indie/rock/alternatif texan? Des rythmiques qui passent du simple à l’endiablé, un piano qui pianote, comme on dit!, des riffs de guitare souvents simples mais combien excellents…! Leur dernier album, Transference, fait dans la continuité du groupe, c’est à dire un rock & roll délicieux, avec une petite sonorité  »crasse » qui aurait bien pu venir de New York… D’ailleurs, sur ce point, les origines texanes du groupe sont presque dures à déceler: pas de côté redneck à leur musique, aucunes influences bluegrass ou country… Simplement du rock, du vrai bon rock, digne de faire rougir plus d’un groupe dit  »majeur » jouant dans les grosses ligues et diffusé à MTV… !

#9 Jay Malinowski – Bright Lights and Bruises

Le premier album solo du chanteur et compositeur du groupe ontarien reggae-rock Bedouin Soundclash. Nommé Bright Lights and Bruises, ce petit chef-d’oeuvre à saveur folk nous emmène dans l’univers de Malinowski de manière très apaisante et divertissante. Même après plusieurs écoutes, je n’arrive pas à me lasser des riffs accrocheurs et de la voix de Jay qui concordent à merveille et viennent détendre mon esprit. L’album en entier est excellent, les humeurs varient mais la qualité restent toujours la même! Mes morceaux favoris? Life Is A Gun, Narceritos, Santa Monica, Loving Hand… !

#8 The Cat Empire – Cinema

Le manque de soleil et le froid vous donne les blues? Vous avez déjà hâte que la neige fonde et que les minijupes refassent leur apparition, bien que vous savez pertinemment qu’il reste plusieurs mois de slush, de neige, de glace et d’accidents sur la 20? Rassurez-vous, les Australiens du groupe The Cat Empire ont une solution pour vous: leur dernier album, Cinema! En effet, c’est une bonne dose d’été et de soleil que vous recevrez en vous délectant de ce petit bijou musical, qui ne laissera personne indifférent! Combinant une panoplie de genres musicaux si variée qu’il serait épuisant de les énumérer (rock, latino, ska, hiphop, reggae, alternatif, alouette!), ce tout nouvel opus diffère à mon avis des albums précédents, mais sans toutefois en perdre la qualité et le professionnalisme! En effet, les gars de The Cat Empire sont des vrais musiciens, et des bons, chacun maniant son instrument à merveille! Leur talent ne fait pas défaut sur Cinema, et je vous suggère fortement de courir vous le procurer avant de vous retrouver enseveli sous une avalanche!

#7 Toh-Kay & Dan P. – You By Me: Vol.1

Je viens de vous vanter l’album de The Cat Empire pour contrer votre hivernite-aiguë, mais sachez qu’il existe d’autres remèdes tout aussi efficaces pour vous en sortir. Un des meilleurs de ces remèdes et le premier album (semi-)solo de Tomas Kalnoky, musicien plus qu’important de la scène ska/punk, fondateur de Catch 22, de Streetlight Manifesto et de Bandits of the Acoustic Revolution, accompagné de Dan Potthast, chanteur du groupe ska/punk MU330. Les deux amis nous offrent ici dix pièces  »semi-originales », puisque composées par ceux-ci mais interprétées de manière tout à fait différente et originale! Le concept fonctionne ainsi: les cinq premiers morceaux sont de Dan P, alors que les cinq derniers de Toh-Kay, comme ils aiment à se surnommer maintenant. Tous les morceaux sont excellents et j’ai eu un plaisir délectable à les découvrir dans certains cas, et à les redécouvrir dans d’autres! Les moments notables sont I’ve Set Sail, A Moment Of Silence, Somewhere In the Betweren, The Big Sleep… bon je pourrais énumérer l’album au complet, j’arrêterai donc ici! À écouter absolument pour tout fan des groupes précédemment nommés, et pour toute personne voulant découvrir un style de musique différent (un mélange de ska, de musique gipsy, de manouche… dur à définir!) et accrocheur!

#6 Dutch – A Bright Cold Day

Sublime, fantastique, planant, épique… Les mots pouvant d’écrire l’album de Dutch sont infinis et tous aussi positifs! Premier opus issu de la réunion de Stoupe the Enemy on Mankind, DJ du groupe hiphop respecté Jedi Mind Tricks, et de la chanteuse Liz Fullerton, c’est une oeuvre musicale complète et profonde qui s’offre ici par le biais d’un trip-hop mélancolique, nostalgique, mais combien travaillé. La production musicale est d’ailleurs incroyable, chaque chanson étant composée d’un nombre exponentiel de pistes juxtaposées et mixées à la perfection, le tout soutenu par la voix douce et splendide qu’est celle de Liz Fullerton. Un album à ne pas manquer pour tout amateur de trip-hop, les influences Portishead se faisant en effet sentir à chaque morceau ou presque, et pour toute personne étant prise avec des périodes nostalgiques et souhaitant trouver la trame sonore idéale à ces petits instants de folie!

 

#5 Bedouin Soundclash – Light the Horizon

J’ai déjà rédigé une critique plutôt complète de Light the Horizon (http://musixplore.ca/?p=677), je ferai donc dans le court et touchant… Un album combien simple mais combien excellent! Le son et les paroles sont francs, les riffs sont basiques et accrocheurs, la batterie, maintenant assurée par Sekou Lumumba, est… incroyable! Sans rire, je l’ai répété souvent à mon entourage, j’adore le style de ce batteur! Pas de gros artifices dans son jeu, mais une technique bien présente et combien plaisante! Light the Horizon, un album incroyablement bon!

#4 Gorillaz – Plastic Beach

Welcome to the world of the plastic beach! L’invitante citation de Snoop Dogg, qui figure parmi la liste exhaustive d’invités sur le dernier album de Gorillaz, sert bien de prélude à cet opus si attendu du bien connu projet de Damon Albarn (bien sûr que vous le connaissez, il a fondé Blur et a enregistré l’album The Good, The Bad & The Queen avec quelques autres musiciens émérites). Il faut se l’avouer tout de suite, on ne pourrait pas vraiment considérer Plastic Beach comme une  »suite logique » à Demon Days, mais quoi qu’il en soit, le résultat est plus que satisfaisant! En plus du support des plus que superstars Paul Simonon et Mick Jones (The Clash!), on y a droit à des interventions musclées; nommons d’abord Lou Reed (!!!), mais aussi de Mos Def, Bobby Womack, De La Soul, Little Dragon, Hypnotic Brass Ensemble, du Lebanese National Orchestra for Oriental Arabic Music… et de plusieurs autres! Définitivement l’album le plus pop de Gorillaz, il n’en reste pas moins qu’excellent, les arrangements étants toujours aussi travaillés et l’esprit créatif d’Albarn à son meilleur! Pour avoir eu la chance unique d’assister au concert  de Gorillaz au Centre Bell cette année (leur première venue au Québec en dix ans!), je vous dirais qu’il s’agit définitivement d’un des projets musicaux actuels les plus complets et qu’il figure parmi ce qui a été fait de meilleur au cours des dix dernières années!

 

#3 Karkwa – Les Chemins de Verre

Les nouveaux chouchous de la scène québécoise nous sont revenus en force cette année avec leurs Chemins de Verre, album qui à la fois bifurque de la voie ouverte par Le Volume du Vent mais qui en garde toutefois une importante marque, tant sur la profondeur de la musique et des textes que sur la qualité de ceux-ci. Une critique de cet album a d’ailleurs déjà été rédigée sur Musixplore (http://musixplore.ca/?p=543) et je ne m’attarderai pas trop longuement ici à décrire les chemins tortueux de l’esprit des gars de Karkwa, mais je me permettrai quand même de souligner la grande victoire du groupe aux prix Polaris, qui a remporté le prix de l’album de l’année! Quand on pense au fait que le Canada en entier est inclus dans ce concours, on ne peut qu’être fier des gars de Karkwa! Leurs performances en concert sont d’ailleurs toujours aussi incroyables, et je vous recommande fortement d’aller les voir dès qu’ils se présenteront dans votre région!

#2 The Dead Weather – Sea Of Coward

BANG! Écouter le nouvel album des Dead Weather, c’est comme manger une claque en pleine face! Et pas juste une petite taloche, moi j’vous parle d’une vraie claque, d’une claque forte, qui te laisse la main étampée dans le visage, main qui d’ailleurs était énorme et grasse, bien sale, pleine d’huile et de poussière! Le deuxième opus du groupe actuel du célèbre Jack White (The White Stripes, The Raconteurs), d’Alisson Mosshart (The Kills), de Dan Fertita (Queens of the Stone Age) et de Jack Lawrence (The Raconteurs) est une vraie tonne de brique, quelque chose comme il ne s’en fait plus! Le son est sale, les rythmiques sont musclées (c’est d’ailleurs Jack White qui est à la batterie), la basse groovy à souhait, les voix sont décadentes (Alisson Mosshart est la chanteuse principale, mais White tient tout de même un gros bout du bâton!), et l’orgue, l’orgue… L’ORGUE! Du B3, et du vrai, tout ce qu’il y a de plus rock, de plus gras, de plus… tout! Sea of Coward est l’album rock ultime de l’année, tous les ingrédients requis pour un coup de coeur y sont présents! On a parfois l’impression d’écouter du vieux Iron Butterfly avec une dose sur-élevée de blues, d’alcool et de cigarettes… Vite! Allez vous le procurez, vous n’aurez aucuns regrets, c’est garanti!

#1 Misteur Valaire – Golden Bombay

Et voilà, je joue ma main finale: mon album favori paru cette année ne vient pas de très loin, de Sherbrooke en fait! C’est Golden Bombay, des ingénieux gars de Misteur Valaire, que vous avez tous probablement vu en concert près de chez vous! Je dois l’admettre, mon opinion est quelque peu corrompue: Golden Bombay a été la trame officielle de mon été, tout le monde de mon entourage l’aime et nous l’avons écouté un nombre infini de fois…! J’ai d’ailleurs assisté à trois concerts des gars de Misteur Valaire cet été et espère les revoir très prochainement…!

Golden Bombay diffère grandement de Friterday Night, tout comme celui-ci diffère de Mr.Brian… Ici, l’avant-plan jazz du groupe est quelque peu mis à l’arrière (sans être oublié, au contraire!) au profit d’une multitude d’influences et d’innovations musicales. Chaque morceau est un vrai petit chef-d’oeuvre, et le tout combiné est une expérience plus que souhaitable pour les oreilles et pour l’esprit! Ça vous  »crink », ça remonte le moral, ça fait du bien! C’est plus pop qu’autrefois, mais c’est combien travaillé! Des pièces comme Monster Donte et Sweet Charlemagne, ça ne laisse pas indifférent, croyez-moi! Un album à découvrir absolument, un pansement pour l’âme que je ne peux que suggérer et adorer! Je lui accorde une note de 9,5/10 et le classe définitivement au numéro 1 de mon top10 des albums de l’année 2010!

Partager sur
Étiquettes