La semaine dernière, il m’a été offert d’aller voir le groupe montréalais La Patère Rose au cégep de Rimouski. Ne pouvant décliner une invitation à un concert et toujours curieux de découvrir différents styles de musique, j’y suis allé et j’y ai été grandement surpris. L’énergie du groupe, la synchronisation des claviers, de la table-tournante et de la batterie, l’originalité des chansons et évidemment la performance de la chanteuse m’ont donné envie d’explorer leur musique et de me procurer leur album.

Premièrement, il est important de mentionner que le trio est composé de deux acolytes de Misteur Valaire, soit Roboto (Thomas Hébert) et Kilojules (Julien Harbec), et de l’énergique, l’explosive, l’impulsive Fanny Bloom (Fanny Grosjean). Mis ensemble, ils nous livrent une musique à la fois électrique et enchanteresse. Si certaines des pièces ont un caractère beaucoup plus émotif, voir classique, d’autres ne peuvent que donner l’envie de s’ouvrir une bière et de faire la fête. Avec l’album de La Patère Rose, on passe d’un extrême à l’autre, d’une émotion à l’autre; la présence des  »chansons les plus tristes de l’univers », comme les nomme Fanny Bloom, ne fait qu’accentuer  »l’effet été » de l’album. D’ailleurs, les paroles des chansons aussi peuvent passer d’un extrême à l’autre; certaines sont chargées d’un fort bagage émotif tandis que d’autres, comme  »Décapote », nous parlent des plaisirs de la vie…!

Le son est très pop, on sent parfois plus le son électro, mais les pistes de drum-machine et de batterie sont si bien arrangées qu’on peut parfois hésiter à savoir laquelle est laquelle. Ils semblent vouloir tendre vers le rock à certaines reprises, mais la présence de quelques pistes de gutiare ou autre faciliterait la chose. La voix de la chanteuse est à la fois ravissante et criarde; elle a la capacité de monter ses intonations à des niveaux très hauts et a souvent tendance à crier d’une petite voix aigüe; d’ailleurs, ses mots et ses expressions souvent enfantines accentuent sa fine tonalité.

Comme avant de les voir en concert je ne les avait jamais entendu (je sais, je sais, leur chanson  »La Marelle » est dans une pub de Telus… Que voulez-vous, je n’ai pas la télévision (que je ne veux pas) donc je ne suis pas branché sur les publicités!), je n’avais pas d’exigences particulières face à eux, outre le fait que j’avais connaissances des talents musicaux des deux membres de Misteur Valaire. Une fois que j’ai vu le spectacle, j’ai tout de suite compris pourquoi le groupe a gagné le Grand Prix des Francouvertes en 2008: ils en ont dedans.

Pour conclure, je dirais que La Patère Rose est bon un petit groupe québécois à surveiller, ils ont du potentiel et font de la bonne musique. Leur album est détendant, il y a certaines chansons que j’ai bien hâte d’écouter au soleil cet été.

Note: 7,8/10

Partager sur
Étiquettes