Trois ans. C’est le temps qu’a passé Julian Casablancas, le chanteur du célèbre groupe The Strokes, sans donner trace de vie. Pas de concerts, pas d’album, pas même d’entrevues; que diable a-t-il pu concocter durant tout ce temps? La réponse, nous l’avons eu le 3 novembre dernier, alors qu’il a lancé son premier album solo: Phrases for the Young.

Première chose à mentionner: la musique de Julian restera toujours la musique de Julian. Le lien avec The Strokes est évident et facile à faire, beaucoup plus qu’il l’a été sur les albums solo de Albert Hammond Jr, par exemple. L’esprit créateur torturé de l’ex-alcoolique qu’est Casablancas amène des créations artistiques à la fois simples et profondes, sombres et créatrices. Son album est l’image de ce qu’on peut s’attendre de lui; mélangeant les genres à merveille (rock, folk, indie, electro…) dans une série de 8 chansons durant dans les 40 minutes au total. L’écoute de celui-ci se fait à merveille, et les amateurs de The Strokes n’y verront que du feu: on croirait les entendre, mais avec un clavier en plus. Certaines pièces, comme la magnifique ouverture « Out of the Blue » ou bien encore « Ludlow Street », ont une connotation particulièrement western. Pour ce qui est de « Tourist », il s’agit des fondements de ce qui est, dans mon livre à moi, les nouveaux standards de la musique rock/indie à tendance planantes/industrielles. La chanson est un chef-d’oeuvre en soi, les instrumentations sont simplement sublimes. À noter que le premier extrait de l’album, « 11th Dimension », n’est que très peu représentatif de l’album, étant la chanson la plus pop de toutes. Je ne vous conseille pas de commencer par celle-ci et de plutôt écouter l’album dans l’ordre établi des chansons.

Les instruments de musique sont joués par Mike Mogis, musicien dans Bright Eyes et dans Monster of Folk.

Pour tout fan du travail de Julian Casablancas, je recommande cet album. Pour toute personne désirant découvrir un intermédiaire à la musique rock moderne et classique, un album nouveau qui nous permet de nous échapper de la réalité pour quelques instants.

Ma note: 9/10

Partager sur
Étiquettes